Marjorie Eliot’s Parlor, du Jazz en intimité à Harlem

Marjorie Eliot's jazz Parlor Flosglitterworld

 

Aujourd’hui, je t’emmène écouter du Jazz à Harlem. Mais pas n’importe où. Je t’emmène à Washington Heights chez Marjorie Eliot, une diva du jazz de l’âge de ma grand-mère, ancienne dramaturge et actrice. Chaque dimanche depuis 24 ans, à l’heure où certains font la sieste, Marjorie Eliot ouvre les portes de son appartement cossu à ses amis, amateurs de jazz, ou simplement à ceux en quête d’une musique généreuse, sincère et sans chichis. Ce rituel du dimanche après-midi, Marjorie l’attend inlassablement chaque semaine. C’est son moment de gaieté, sa façon d’oublier sa solitude et d’honorer ses deux fils décédés. “You are my family” clame t-elle à son public d’une voix humble et vraie. Ici, on vient écouter du jazz. On vient aussi chercher du réconfort et de l’amitié.

Quelques personnes attendent déjà devant la porte de l’appartement 3F qui s’ouvrira à 15h30 précise. A l’heure dite, Marjorie fait entrer ses convives, qui s’installent sur les chaises pliantes (une cinquantaine) disposées un peu partout dans les pièces du studio: le salon où se trouve le piano, le hall d’entrée, le couloir et même la cuisine.  Dès les premières notes, on ressent la complicité entre Marjorie, installée au piano, et ses musiciens. Et on est vite emporté par cette musique si simple, et à la fois si juste. Les morceaux d’impro s’enchainent, entrecoupés de poèmes lus par des acteurs et amis de Marjorie. Les musiciens sont des habitués. Il y a le trompettiste japonais (Kouichi Yoshihara), son fidèle ami contrebassiste Gaku Takanashi et un français exilé, Sedric Shukroon le saxophoniste, qui l’accompagne depuis bientôt 15 ans.  Son fils Rudel Drears, lui aussi musicien et acteur, la remplace au piano sur certains morceaux et chante sur d’autres. Pendant le concert on nous sert une barre de céréales et un jus d’orange en guise de collation.

Au bout de presque 2h de musique, “When the Saints go Marching In” en chœur marque la fin de cette délicieuse aparté, de ce moment d’émotions que l’on n’est pas près d’oublier. Marjorie, à la porte, ne manque pas de remercier chaleureusement ses invités. L’appartement 3F referme alors ses portes jusqu’au dimanche suivant, nous quittons le 555 Edgecombe Avenue le cœur léger, avec cette douce impression que pendant les deux dernières heures, le temps s’est arrêté. Et on a envie de revenir, pour en avoir encore un peu de cette dose de musique, de joie et d’authenticité.

 

Jazz Parlor at Marjorie Eliots Harlem-9

Jazz Parlor at Marjorie Eliots Harlem

Jazz Parlor at Marjorie Eliots Harlem-6

Jazz Parlor at Marjorie Eliots Harlem-7

Jazz Parlor at Marjorie Eliots Harlem-8

Marjorie Eliot’s Parlor Jazz
555 Edgecombe Avenue @ 160th Street (“The Triple Nickel” building)
Studio 3F

Washington Heights, Harlem

TOUS LES DIMANCHES de 15h30 à 17h30 –  Gratuit mais donations appréciées et recommandées

From New York, With Love,

Flo's Glitter World signature     Rendez-vous sur Hellocoton !

flosglitterworld

7 Comments

  1. Hello, i simply planned to drop that you a line to say that we totally enjoyed this particular post
    from yours, I have subscribed to your Feed and have absolutely skimmed several of your
    articles or blog posts before and enjoyed every bit of them.

  2. Ça a l’air magnifique ! Est-ce que Marjorie joue encore les dimanches ? Je serais plus que ravie d’aller l’écouter. Très joli blog, cela fait rêver.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *